Écrit par Nature&Survie Catégorie : Survie

Meilleur couteau de survie : le comparatif complet

couteau de survie

Que vous appréciez les activités de plein air ou que vous soyez un expert en survie dans le genre “Mike Horn”, vous aurez besoin du meilleur couteau de survie à portée de main pour partir à l’aventure. Plus petit qu’une hache mais plus grand qu’un couteau standard, un bon couteau de survie est aussi robuste qu’il est facile à transporter . En plus, un bon couteau peut vous aider à sortir de n’importe quelle galère, vous n’avez pas besoin d’être un pro de la survie pour y être préparé. 

Voici un aperçu des meilleurs couteaux de survie de l’année, ils ne vont pas vous décevoir. Faites nous confiance, ils valent leurs prix. 


Top 3 des meilleurs couteaux de survie

Comparatif détaillé

ESEE 4

Couteau ESEE 4

L’ESEE-4 coche toutes les cases d’un bon couteau de survie : il est construit en acier carbone, avec une lame de 11cm et un manche confortable ; sa lame est tranchante et facile à aiguiser ; il est équipé d’une garde pour plus de sécurité.

Sa lame est également suffisamment épaisse pour supporter les coups lorsque vous devez vraiment tester sa résistance, mais suffisamment fine pour les travaux délicats comme le dépeçage et le bushcrafting (bâtonage, etc).

Les extras incluent un fourreau moulé et une tang proéminente qui est bonne pour le martelage. Certains pourraient critiquer sa taille – si c’est votre cas, jetez un coup d’œil à l’ESEE-6, similaire mais plus grand – mais nous avons trouvé qu’il était juste à point : assez grand pour un large éventail de tâches, mais assez petit pour que vous n’hésitiez pas à le transporter. Après tout, un couteau rester à la maison ne peut pas vous garder en vie.


Mora Companion

Mora Companion

Imaginez ceci : Vous avez une quinzaine d’euros en poche, vous ne connaissez rien aux couteaux et vous partez sur le terrain la semaine prochaine, mais vous voulez un couteau qui soit tranchant comme une lame de rasoir, qui conserve bien son tranchant et qui soit assez léger pour être emporté partout. En temps normal, vous vous retrouveriez avec un couteau en métal de mauvaise qualité fabriqué en métal dans une usine chinoise sans nom, mais vous avez de la chance avec le bien nommé Morakniv Companion.

Pour un prix scandaleusement bas, vous obtenez un couteau de randonnée scandinave à lame fixe avec une lame en acier au carbone de qualité, un tranchant d’usine effrayant et une approbation officielle du roi de Suède. À ce prix, la valeur apportée est immense, et ce sera probablement la meilleure quinzaine d’euros que vous aurez dépenserez pour un couteau, c’est sans aucun doute.

Morakniv fait preuve de timidité concernant l’acier de sa lame, disant simplement qu’elle est faite d’un “acier carbone”. En réalité, il s’agit probablement de l’acier UHB-20C, un acier qui bénéficie d’un aiguisage facile et une résistance substantielle, mais soufre de sa faible résistance à la corrosion de part le fait qu’il est composé de véritable acier carbone. Cette lame a un profil d’émouture scandi grind à pointe tombante (dit drop-point en anglais), ce qui signifie que l’affûtage est en biseau droit, de manière continue, du plat de la lame jusqu’au tranchant. Cet affûtage fait du Companion un couteau exceptionnel pour le bushcraft, la taille ou encore le plumage et bien d’autres tâches.

Le tranchant d’usine est également incroyablement coupant : Selon mon expérience, c’est l’un des meilleurs affûtages en sortie d’usine pour un couteau à moins de 200 euros. Le manche est fait de plastique texturé, ce qui offre une meilleure prise en main, et s’accommode parfaitement au fourreau en plastique avec un clip ceinture amovible.

Malheureusement, le fourreau est l’un des inconvénients du Companion, qui, en tant que couteau économique, a dû arrondir les angles pour obtenir un prix aussi bas avec une lame solide. Le fourreau est ridiculement bon marché, entièrement en plastique moulé, et le passant de ceinture inclus manque vraiment de solidité. Pour aggraver les choses, ce clip de ceinture bon marché n’est pas interchangeable avec d’autres options de transport comme les clips de ceinture MOLLE ou autres pièces de rechanges, donc si le clip disparaît, le fourreau n’est pratiquement bon qu’à protéger la lame lorsqu’elle est posée.

Un autre inconvénient important est que le couteau a une tang étroite (aussi appelées soie). La lame est essentiellement construite comme une cuillère avec une lame épaisse et une très fine bande de métal encastrée dans un manche en plastique. Si cela permet de réduire considérablement le poids de la lame, cela réduit également sa résistance aux brisures, notamment lorsque vous bâtonnez.

Morakniv fabrique un couteau à pleine soie du même type, le Garberg, mais il est nettement plus cher, comparable aux offres d’Esee ou de Cold Steel. La lame à émouture scandi grind n’est pas non plus la plus polyvalente, sa coupe est imprécise lorsque utilisée pour la toilette des animaux ou pour couper des légumes, par exemple. Enfin, comme il s’agit d’un couteau adapté aux débutants, le fait que la lame soit sujette à la corrosion sera un facteur limitant important pour les nouveaux propriétaires de couteaux qui n’ont pas l’habitude de nettoyer leurs outils.

En guise de trait d’humour, Morakniv prend bien soin de noter sur son site Web, parmi d’autres statistiques sur le couteau, que cette lame ne convient pas aux enfants. Merci pour l’info, Morakniv.


ESEE 6

ESEE 6

Peut-être pensez-vous que le catalogue Mora est un peu trop limité pour vous, et vous voulez un couteau avec une lame à revêtement en poudre suffisamment épaisse pour être utilisée pour bâtonner mais suffisamment fine pour trancher facilement. Vous voulez peut-être que le couteau en question soit assez grand pour servir de machette en cas de besoin. Peut-être que vous voulez juste citer Crocodile Dundee pendant que vous le sortez, ennuyant vos amis parce que c’est la 50ème fois que vous faites ça.

Quoi qu’il en soit, l’Esee 6P n’est pas seulement un couteau géant, c’est un outil fonctionnel et abordable pour faire son entrée dans le monde des couteaux de survie. Alors que ce n’est certainement pas le couteau le moins cher, je ne vois pas d’autres marques proposer un couteau en acier 1095 de fabrication américaine qui fait plus de 15cm. Le seul inconvénient majeur est qu’il est ridiculement énorme pour la plupart des gens, à un degré tel qu’il sera un handicap à moins que vous ayez besoin d’un énorme couteau de camp à portée de main.

L’Esee 6 est vraiment un couteau sans fioritures, fournissant tout ce dont vous avez besoin avec très peu de supplément. La lame fait 16cm de long, avec un tranchant de 14cm, et une longueur totale de 30cm. Le manche écaillée est en micarta de lin, un matériau désormais populaire, offrant une excellente prise en main et promettant une belle patine lorsque l’outil prendra de l’âge. Le fourreau inclus est en plastique moulé et tiens ses promesses, supportant une grande variété d’options de montage, y compris des boucles de ceinture, des clips de ceinture, des boucles MOLLE, et tout ce à quoi vous pouvez penser. L’affûtage d’usine est très bon compte tenu du prix, et la lame est suffisamment épaisse pour ne pas se casser pendant le batonnage, mais suffisamment fine pour trancher les légumes comme un couteau de camp sans les fissurer.

En outre, le revêtement en poudre coloré de la lame est durable et a résisté à nos tests d’utilisation, y compris un bain de sel corrosif, du bâtonnage et l’effeuillage de jeunes arbres. C’est une bonne chose car, si l’acier 1095 de la lame est très bon pour l’affûtage sur le terrain et conserve bien son tranchant, il n’est pas idéale lorsqu’il s’agit de résistance à la corrosion, le revêtement aidera certainement à atténuer la rouille sur la surface et à garantir que la lame ne rouille pas à l’intérieur de son fourreau lorsqu’elle est mouillée. Enfin, si un couteau avec un manche en micarta de lin n’est pas pour vous, la marque Esee fabrique ce modèle dans de nombreuses couleurs, profils de lame et options de prise en main différents.

Malheureusement, le plus gros inconvénient de l’Esee 6 est le fait que, comme mentionné précédemment, il est assez grand. Cela signifie que ce n’est pas un couteau que vous pouvez facilement porter sur vous, et cela signifie également qu’il ne sera pas aussi utile pour certaines tâches extérieures plus fines comme le nettoyage des animaux ou du bushcraft de précision. En outre, le clip de ceinture fourni avec le fourreau n’est pas génial et constitue probablement le point faible de l’ensemble du système. En outre, le 1095 est un acier qui nécessite un entretien quasi-constant, vous devrez donc nettoyer et traiter votre lame régulièrement, alors qu’avec une option en acier inoxydable, ce ne serait pas un si grand souci.

Dans l’ensemble, l’Esee 6 est un couteau exceptionnel, bien que surdimensionné, il est idéal ceux qui veulent un outil de travail qui peut s’attaquer à presque tout. La taille est la seule chose qui l’empêche d’être le meilleur dans l’ensemble, car nous aons vraiment apprécié de tester ce couteau et de vadrouiller dans les forêts sauvages avec lui. En bref, si vous voulez un couteau de Rambo, c’est celui-là.


CRKT Drifter

CRKT Drifter

Le CRKT Drifter a une lame de 7,28cm de type drop-point avec une émouture creuse. L’acier 8Cr14Mov permet à la lame de conserver son tranchant, tout en étant relativement facile à aiguiser par rapport à d’autres aciers inoxydables plus durs. La lame est recouverte d’une finition grise en nitrure de titane, qui devrait contribuer à ralentir la rouille si le couteau est négligé.

Le Drifter est disponible avec diverses options de lame. Ce couteau est disponible avec une lame lisse, semi-dentelée ou entièrement dentelée, ce qui est bien, car chacun a des cas d’utilisations différents pour son couteau EDC.

Tous les modèles sont dotés d’un verrouillage de type liner lock, qui s’engage très bien et garantit un verrouillage solide. Bien que les liner locks ne soient pas aussi robuste que d’autres mécanismes de verrouillage, le Drifter semble se verrouiller très fermement, sans aucun jeu dans la lame dans n’importe quelle direction. La longueur totale est de 16,61 cm ouvert et 9,14 cm fermé.

Les options disponibles pour le CRKT Drifter ne s’arrêtent pas seulement aux styles de lame, différents manches sont aussi disponibles. Il existe un modèle avec un manche en G10, ainsi qu’un modèle avec un manche en acier inoxydable. La version en acier inoxydable est plus lourde, avec un poids de 90g.

Les différents type de manche sont recouverts de nitrure de titane pour éviter la rouille, mais malheureusement, c’est la seule chose qui a été faite pour améliorer le manche. CRKT a commercialisé le Drifter comme un couteau bien construit, abordable, et très facile à personnaliser par l’ajout de vôtre propre logo sur le manche.

Ce dernier point était un atout commercial majeur pour le Drifter, ce qui explique pourquoi le manche est très lisse, mais cela peut s’avérer être un problème parfois. Avec des mains mouillées ou sales, il est très facile de faire glisser le manche de ses mains et de risquer de se blesser.

Le modèle G10 est texturé, avec pour seul acier incorporé dans le manche celui venant du liner lock, ce qui ramène le poids à 68 grammes, rendant ce modèle très léger, ce qui est un attribut très appréciable pour un couteau EDC. La texture du G10 permet une prise en main beaucoup plus sûre du manche, avec très peu de glissement.

Le Drifter a un ergot pour le pouce permettant de faciliter l’ouverture de la lame, avec un peu d’huile sur le point de pivot, il s’ouvre avec très peu d’effort. Il y a un clip de poche sur le manche de tous les modèles du CRKT Drifter, mais la seule position de transport possible est sur la hanche droite, pointe vers le bas.

Pour certains, le manque d’options de port, en particulier pour les gauchers, peut être un problème. Je suis moi-même gaucher, cependant, et je préfère porter mes couteaux sur le côté droit, pointe en bas, donc cela varie vraiment d’une personne à l’autre. Comme je l’ai déjà dit à de nombreuses reprises, la qualité de fabrication est fantastique. Je m’attends à ce que ce couteau dure assez longtemps.

En conclusion, le CRKT Drifter est un couteau solidement construit, avec un prix abordable. Personnellement, je préfère le modèle en G10 à tranchant lisse, mais avec un prix aussi bas, cela vaut vraiment la peine d’examiner plus d’un modèle. Le CRKT Drifter est un couteau qui ne vous laissera pas tomber en tant que couteau EDC.


Cold Steel Kobun

Cold Steel Kobun

Le Kobun est conçu pour être utilisé comme un couteau de botte, ou une lame tactique dissimulable. Le clip du fourreau à friction se trouve sur le côté droit, de sorte que le fourreau peut se fixer à l’intérieur d’une botte ou à votre ceinture, ce qui permet de garder le couteau bien caché, mais facilement accessible.

Bien que le Kobun soit d’un prix raisonnable, il possède de nombreuses caractéristiques que l’on trouve sur des couteaux plus coûteux. L’une des premières choses que vous remarquerez en achetant un Kobun est la légèreté du couteau. Avec un poids de 124g, il est plus léger que certains couteaux pliants. Vous pouvez le porter toute la journée, et oublier que vous l’avez sur vous.

Ce qui frappe ensuite, c’est la finesse de la lame et du manche. Il se porte comme s’il avait été conçu sur mesure pour vous. Il n’y a pas de gêne ou de frottements, qu’il soit porté à la botte ou à la ceinture. La lame, comme tous les produits Cold Steel, est affûtée à l’extrême, et la lame fine donne l’impression qu’elle pourrait faire de sérieuses coupures. L’acier AUS 8 est résistant, et s’affûte remarquablement sur presque n’importe quelle pierre ou aiguiseur. Il résiste également très bien à la rouille.

Le manche Kray-Ex quadrillé est très adhérent, et étonnamment sûr pour un couteau aussi fin. Le couteau ne se tord et n’a pas de jeu, peu importe la prise. Le manche est fin, pour faciliter la dissimulation.

Si vous avez de très grandes mains, la largeur du manche pourrait être un problème, mais rien n’est certain. Dans l’ensemble, le couteau est léger, maniable et incroyablement rapide. La petite garde de la lame ne s’est jamais accrochée lors du tirage, même si nous avons essayé plusieurs techniques de tirage différentes.


HULTAFORS OK4

Hultafor OK4

Le OK4 est un couteau d’extérieur puissant et solide, doté d’un manche en plastique antidérapant enveloppée d’un grip Santoprène à faible frottement. Plus que simplement élégant le OK4 est conçu pour les travaux en extérieur les plus exigeants. Il peut être fixé à une ceinture d’une largeur maximale de 80 mm à l’aide d’une boucle de ceinture en textile. Sa lame à émouture scandinave d’une longueur de 20cm est facile à aiguiser ; elle est fabriquée en acier carbone japonais de 3 mm d’épaisseur, trempé à 58-60 HRC et protégé de la corrosion par un revêtement électrophorétique par immersion. L’affûtage de la lame est adapté à l’allumage de feu avec un firesteel.

Il s’agit apparemment du plus beau couteau d’extérieur du monde. En avril 2017, le prix Red Dot pour le meilleur design produit a été décerné au couteau d’extérieur OK4 de Hultafors, et ce à juste titre. Le prix Red Dot, est le Saint-Graal dans le monde du design international, les lauréats du prix sont exposés au musée du design Red Dot, en Allemagne. Parmi les anciens lauréats figurent des chaises, des accessoires de salle de bains et, à un moment donné, l’iPad. Lorsqu’un groupe de design aussi prestigieux qu’écolo se lève pour saluer le couteau d’extérieur simple mais élégant, nous devons en tenir compte.

Bien sûr, il n’est peut-être pas aussi menaçant que le United Cutlery Cyclone, mais c’est une très belle lame – et elle ne vous coûtera qu’une bagatelle sur Amazon. Une bonne affaire pour un beau morceau d’acier.


Benchmade Bushcrafter 162

Le couteau à lame fixe, Brushcrafter de Benchmade est un couteau très robuste fabriqué aux États-Unis conçu pour la randonnée. Comme le nom l’indique, c’est un couteau bushcraft qui va vous faciliter la vie, voire la sauver lorsque vous serez en situation de danger. 

Construite en acier CMP-S30V, sa lame inclinée est solide, durable et ne se laisse pas faire face à la corrosion. En plus, son manche en fibre de verre imprégné de résine résiste à l’humidité et aux changements météorologiques. 

Le Bushcrafter de Benchmade est un outil qui a un très bon maintien avec une longueur de lame de 11 cm sur une longueur totale de 23 cm. Il est livré avec un étui en cuir qui a une boucle de ceinture et un anneau en D pour faciliter son transport. 


JEO-TEC Nº39 Nouvelle CELTIBERO

Couteau survie Gerber Bear Grylls Ultimate Knife

Jeo Tec est une marque qui se consacre à la création de couteaux conçus exclusivement pour le camping et les travaux de terrain. Le nouveau No. 39 ne fait pas exception à la règle et constitue un bel exemple du haut niveau de savoir-faire que cette société met dans ses couteaux.

Cette sélection est livrée avec un étui en cuir (qui comprend une pierre à aiguiser) ou un étui en Kydex, chacun comprenant une tige de ferro et un moyen de la maintenir en place. Nous penchons pour l’étui en cuir artisanal – non seulement il est fourni avec une pierre à aiguiser, ce qui peut être utile en camping, mais il offre une présentation beaucoup plus exquise de cette fine lame. Le fourreau en Kydex est peut-être mieux adapté au port tactique ou à une utilisation dans des conditions plus exigeantes, mais il reste néanmoins ordinaire.

En parlant d’éléments exigeants, le Jeo Tec no. 39 est doté d’une lame en acier inoxydable MoVa à crochet intégral insérée dans un manche en Micarta. Tout cela se traduit par une lame hautement anticorrosive et un manche qui peut supporter presque tout. Il s’agit d’un très bon couteau de camping et c’est un solide candidat de ce classement des meilleurs couteaux de survie.


Schrade Frontier SCHF 36

Couteau survie Schrade lame fixe Frontier SCHF 36

Le Frontier SCHF 36 de Schrade a un bon rapport qualité/prix. Cette lame d’un peu moins de 13 cm, forgée à partir d’acier à haute teneur en carbone 1095 et à la finition poudrée, dispose d’un manche en élastomère thermoplastique d’une longueur totale de 35 cm. La conception du couteau permet d’offrir un maintien considérable pour les découpages difficiles.

Le couteau est également livré avec une pierre à affuter, une tige en ferrocérium et un grattoir comme allume feu, ainsi qu’un étui de ceinture en polyester très pratique pour le ranger et le transporter. Ce n’est pas le couteau le plus sophistiqué, mais il possède une excellente lame et il est relativement peu coûteux pour une utilisation quotidienne.


Fallkniven A1

Couteau survie Fallkniven A1

Le couteau A1 de Fallkniven, fabriqué en Suisse est un couteau à la lame inclinée très tranchante ce qui lui donne une pointe très puissante et la capacité de pénétrer rapidement dans le gibier. De taille moyenne, il mesure en totalité 28,3 cm avec une lame de 16 cm et pèse moins de 0,5 kg. 

La performance de ce couteau est fantastique, il permet de travailler rapidement  et de couper ou trancher n’importe quel matériau. Cela dit, le couteau n’est pas vraiment conçu ni adapté pour la coupe mais il fonctionne quand même très bien pour ça et convient parfaitement pour le bois. Que vous l’utilisez pour couper du bois dur ou du bois traité, le Fallkniven A1 est à la hauteur de la tâche. 

Ce couteau est fait avec un revêtement extérieur 420J et un noyau VG-10 qui est un acier inoxydable haut de gamme, ce qui en fait une lame très tranchante et qui se maintient bien.

Il coupe extrêmement bien et il est également très efficace pour sculpter, trancher et chasser, c’est un outil polyvalent qui répond à presque tous les besoins que vous pourriez avoir dans une situation de survie.


Couteau de survie : Guide d’achat & conseils

Types de couteaux de survie 

Ce type de couteau est conçu pour le bushcraft ou pour aider aux travaux en extérieur, qu’il s’agisse de chasse, de camping ou simplement pour survivre dans la nature. 

Il possède une lame entre 10 et 15 cm, avec une taille totale entre 22 et 27 cm et un poids réduit pour une manipulation facile. 

Le couteau de botte

Un petit couteau à lame fixe qui est généralement porté dans une botte, destiné à être rangé dans une ceinture ou en dessous du pantalon. Les couteaux de bottes sont faits pour être utilisés pour la survie, pour la fabrication des pansements, pour couper des cordes, mais aussi pour se défendre. 

Le couteau militaire

Plus grand qu’un couteau de botte, ces couteaux à lame fixe sont conçus spécifiquement pour une utilisation militaire. Comme la plupart des militaires le savent, cet outil peut être utilisé pour pratiquement tout sur le champ de bataille, du creusage d’un trou à la préparation de la nourriture.

Le couteau de chasse

Aussi appelé couteau de poche, ces couteaux à lame fixe sont conçus pour dépecer le gibier. Bien que destiné à l’origine pour la chasse, un couteau de chasse possède une lame légèrement plus épaisse que les autres couteaux pour un remplir de nombreuses de tâches potentielles en plein air.

Le couteau tactique

Conçu pour les journées où vous devez finir vos corvées ménagères à midi mais que vous devez aussi sauter en parachute derrière les lignes ennemies à 18h, un couteau tactique est fait pour fonctionner à la fois comme un outil et comme une arme fiable.

Il existe bien d’autres couteaux différents aux possibilité d’utilisation innombrables, si ce n’est infini. Pour vous donner un exemple, le couteau Mora qui est un couteau droit exclusivement produit en Suisse et qui est utilisé comme outil à tout faire. C’est aussi un couteau de sport utilisé pour la pêche ou la chasse, idéal pour un vieux campeur ou un baroudeur du dimanche. 

Principales caractéristiques des couteaux de survie

Ce sont les caractéristiques principales qui méritent d’être évaluées avant l’achat: 

La lame

Un couteau à lame fixe est le meilleur choix. Les couteaux pliants ne sont pas aussi durables ou fiables qu’une lame fixe, et la charnière de la lame peut casser sous la pression exercée sur la lame.

Ni les couteaux pliants ni les couteaux de poche sont conçus pour le type de tâches que vous allez effectuer. 

La taille

La longueur de la lame varie généralement entre 10 et 20 cm. Les petites lames sont plus légères, plus faciles à transporter et idéales pour les tâches qui exigent de la précision, comme pour la chasse ou pour la sculpture.

Les grandes lames sont plus adaptées pour marteler ou couper des branches d’arbres, mais elles sont souvent plus lourdes et plus difficiles à transporter. Le mieux c’est d’avoir une longueur totale comprise entre 22 cm et 27 cm.

La soie

La soie d’un couteau est la partie non exposée et non aiguisée de la lame qui se prolonge dans le manche. La soie peut être complète ou partielle : un couteau avec une soie complète a une lame dont le matériau se prolonge dans le manche, qui est plus solide et plus sûr à utiliser.

Un couteau avec une demi-soie peut se desserrer avec le temps lorsque vous coupez, faites levier ou frappez, ce qui rend son utilisation plus difficile et plus dangereuse. La plupart des couteaux de survie fiables ont une soie complète.

La pointe

La pointe peut être pointue, arrondie ou crochue. Une pointe pointue est multifonctionnelle et peut être utilisée pour la chasse, l’autodéfense, le crochetage de serrures, la préparation de la nourriture ou pour forcer des portes bloquées.

Une pointe arrondie sculpte bien parce qu’elle fait des coupes très précises. Elle peut également récupérer l’écorce pour allumer des feux. Une pointe plus grosse et inclinée est plus durable et peut passer à travers  des matériaux plus épais. Une pointe crochue est idéale pour dépouiller et couper le gibier.

La forme

Les lames des couteaux de survie peuvent avoir une pointe inclinée vers le bas ou levée vers le haut. Une lame inclinée est plus épaisse, surtout à la pointe, et peut servir à différentes tâches comme la sculpture, la découpe et le dépouillage.

La pointe vers le haut a une conception traditionnelle et est idéale pour percer et poignarder (autodéfense). Elle peut être un outil utile pour combattre un animal comme un ours.

Avantages 

Les meilleurs couteaux de survie sont suffisamment polyvalents pour être utilisés à de nombreuses fins. Dans la nature, il peut être utilisé pour enlever les épines et les échardes des blessures ou pour couper des pansements ; vous pouvez également chauffer la lame sur le feu et cautériser les blessures s’ il vous manque une trousse de premiers secours. 

Vous pouvez utiliser le couteau pour éviscérer le gibier que vous avez attrapé et lorsque vous n’avez pas d’ustensiles de cuisine, il peut servir de couteau, de cuillère et de fourchette.

Enfin, lorsque vous êtes dans la nature, votre capacité à vous défendre peut déterminer si vous survivrez  ou non. Il peut vous aider à vous protéger contre les animaux et les humains. Il peut ralentir ou repousser un agresseur. Même si vous ne l’utilisez pas, le fait de l’avoir en votre possession vous permet d’être préparé.

Prix 

La plupart des couteaux de survie qui coûtent moins de 40 euros sont des couteaux de poche pliants avec des caractéristiques standard, certains ne sont pas très tranchants et donc pas nécessairement idéaux pour la survie. 

En général, au-delà de 40 euros, les couteaux de survie sont solides, durables et bien conçus ayant une soie entière et des lames fixes. Les couteaux de cette catégorie sont fabriqués par les plus grandes marques, c’est -à -dire : Kershaw, ESEE, Ka-Bar, Gerber, Bushcraft, Condor, Morakniv et Micarta. 

Avec un bon couteau à emporter dans votre kit de survie que ça soit pour une randonnée, du trekking, une balade à vélo ou toutes sortes d’activités et d’aventures en pleine nature, vous n’aurez jamais à vous en faire. En effet, grâce à ce comparatif vous n’aurez même pas besoin d’aller dans une coutellerie pour trouver un outil qui sera aussi utile que résistant. Nous sommes sûrs qu’avec les couteaux que nous vous avons sélectionnés pour faire cette liste vous trouverez votre bonheur. 

10 façons de l’utiliser 

Il est l’un des premiers outils d’équipement qui vient à l’esprit de la plupart des gens quand ils pensent au bushcraft. Sa polyvalence en tant qu’outil et arme en fait l’un des trois premiers articles à avoir dans votre kit de survie.

Aucun promeneur en forêt ne devrait se passer d’un couteau fiable. Bien qu’il existe de nombreux couteaux de haute qualité sur le marché aujourd’hui, ce n’est qu’avec de la pratique et du temps passé avec ce couteau que vous pourrez vraiment maîtriser cet outil.

Si l’utilité d’un couteau pour la survie attaché à un bâton comme lance de chasse ou de pêche ou comme arme de survie est connue de tous, cet outil est inestimable pour un éventail de tâches très variées.

Un couteau ne fonctionnera jamais aussi bien que de nombreux outils conçus pour des tâches spécifiques, mais c’est le meilleur choix de substitution si vous vous trouvez dans le besoin. Voyons maintenant les 10 façons de l’utiliser.

1) Pour préparer des aliments

Du découpage des légumes au dépouillage du gibier, vous découvrirez qu’il n’existe aucun équivalent à un couteau de qualité. C’est votre outil le plus efficace pour préparer des denrées alimentaires dans la nature.
Couper des morceaux de viande plus gros et découper la viande de son os sont des tâches essentielles que votre couteau doit pouvoir effectuer.

2) Comme arme

Dans une situation où vous devez vous procurer votre propre nourriture, une lame de survie peut être utilisé pour attraper du petit gibier ou même du poisson. S’il n’a pas de manche, il peut être utilisé comme simple pointe de lance en l’attachant à un morceau de bois par exemple ou peut aussi aider à la construction d’un piège.
Votre couteau est également l’une de vos meilleures options pour l’autodéfense.

3) Pour les premiers secours

Un couteau est aussi polyvalent en matière de premiers secours que dans la routine au camping. Il est utile pour couper des pansements faits à la sauvette, par exemple, ou – avec une pointe stérilisée – pour éliminer des ampoules pernicieuses.

4) Pour fendre du bois ou couper des jeunes arbres

Si vous n’êtes habitué qu’à des versions peu solides et bon marché, vous aurez peut-être du mal à imaginer un couteau de survie comme remplaçant de la hachette et de la hache. Cependant, un modèle de grande taille avec un tranchant plat à l’arrière de la lame peut être un formidable outil pour fendre ou couper du bois. Sa caractéristique vous permet de fendre une bûche de bois en utilisant un couteau sur lequel on frappe à l’aide d’un autre morceau de bois. C’est ce que l’on appelle souvent le bâtonnage.

5) Comme marteau

Le bout du manche, ou pommeau, est son propre outil de martelage, pratique pour enfoncer des piquets pour les abris ou les pièges.

6) Pour ajuster votre matériel

Lors d’une longue incursion dans l’arrière-pays, vous devez invariablement faire de petits ajustements à vos vêtements et à votre équipement dans l’intérêt de votre confort et de votre sécurité. C’est l’outil parfait pour modifier votre équipement en cas d’urgence.

7) Comme pieu

En l’absence d’autres matériaux, un couteau de survie peut être enfoncé dans le sol pour servir de pieu, comme pour fixer un abri d’urgence ou un sac de nourriture en équilibre dans la cime d’un arbre hors de portée d’un ours. Si vous n’êtes pas prêt à abandonner votre outil tranchant, vous pouvez également l’utiliser pour créer des pieux à partir d’autres morceaux de bois.

8) Pour fabriquer des outils

Certains peuvent penser qu’un couteau n’est qu’un outil en soi dans une situation d’urgence en milieu sauvage, mais l’un de ses principaux objectifs dans une situation d’urgence en milieu sauvage est en fait la fabrication d’autres équipements de survie plus spécialisés. Il est essentiel pour fabriquer un arc et quelque chose prêt à prendre feu, ce qui est de la plus haute importance si vous n’avez pas d’autres moyens d’allumer des brindilles dans l’immédiat.

Avec un peu d’entraînement, vous pouvez sculpter des objets comme des cuillères et des bols. Votre couteau vous aidera également à fabriquer d’importants outils de camping, comme des trépieds pour la cuisine.

9) Pour le feu

En parlant de faire du feu, il vous permet de couper les bouts d’écorce d’une branche pour obtenir du liant, précieux pour faire un “nid d’oiseaux” et allumer un feu dans n’importe quelle condition. Il peut également être utilisé pour frapper votre tige de ferrocérium, si vous n’avez pas déjà une pierre à feu avec son grattoir, pour allumer un feu.

10) Fabrication d’abris

La lame d’un couteau sert à couper les branches au cas où vous devriez construire un abri. Elle peut également être utilisée pour les entailler afin de les attacher ensemble.

Conclusion

Qu’il s’agisse de préparer un pot-au-feu ou de fabriquer ses propres outils, un couteau de survie est bien plus qu’une simple arme. Un couteau de bonne qualité est un compagnon qui vous suit dans vos aventures les plus périlleuses.

Si vous avez lu cette liste des meilleurs couteaux de survie et que vous vous êtes aussi penché sur leur utilisation, c’est que vous en avez sûrement besoin d’un, alors qu’est-ce que vous attendez pour vous équipez ? Foncez !

(Visited 1 453 times, 1 visits today)
Close